• 01.49.89.24.06
  • 01.49.89.24.06
ICARE N°259, LES AVIONS YVES GARDAN ET LA SIPA

ICARE N°259, LES AVIONS YVES GARDAN ET LA SIPA

20,00 €

En stock

Description

N°259 YVES GARDAN ET LA SIPA

Yves Gardan a su au fil des décennies imaginer, fabriquer et promouvoir des modèles qui ont marqué leur époque. Qu’ils soient français ou étrangers, les amoureux des beaux avions ne s’y sont pas trompés, admirant à la fois la simplicité et la robustesse de la conception qu’on retrouve dans les GY.20 Minicab, GY.30 Supercab et GY.80 Horizon entre autres. Il convient de ne pas oublier ses tentatives de développement du monoréacteur S.200 Minijet et de l’avion de lutte anti-guérilla SIPA 1100. Il fait ainsi partie de la grande histoire de l’industrie aéro-nautique française.


Il y a tout juste 80 ans, le 1er vol autour du monde d'un appareil commercial

L’attaque surprise par le Japon des installations militaires américaines de Pearl Harbor (Hawaï) eut pour conséquence d’imposer à un appareil commercial d’effectuer pour la première fois un tour du monde.

Dans l’impossibilité de revenir à son port d’attache en Californie, l’équipage du Boeing 314 « California Clipper », hydravion de la Pan American, reçut l’ordre de rejoindre New York par une route ouest via l’Australie, les Indes, l’Afrique centrale et le Brésil. Un périple réussi malgré les défis relatifs à la technique, à la navigation et au ravitaillement en carburant. Nul doute que cet exploit méritait d’être rappelé aujourd’hui.


Mécanicien navigant sur Lockheed Constellation L-1049 Super G

Par son esthétique et ses performances nouvelles, la série des Lockheed Constellation a représenté le couronnement du règne des avions à hélices.

Officier mécanicien navigant sur cette machine pas si aisée à maitriser, Albert Gassmann nous livre un témoignage très vivant sur cette époque où les aléas techniques n’étaient pas si rares.


Le Fonds de dotation du Musée Air France a été créé pour pérenniser les collections d’Air France et du Musée patiemment réunies en les rendant inaliénables. Les documents et pièces aéronautiques présentant un intérêt historique peuvent ainsi faire l’objet de donations tout en les rendant fiscalement intéressantes. Une possibilité encore peu connue du grand public.